auxfilsdutemps " Le souvenir, c'est la présence invisible", Victor Hugo

Un extrait d’un été dans l’Ouest de Phillipe Labro

labro

“La tornade s’est dissipée à l’horizon. Bientôt, elle ne fut plus qu’un trait de crayon sale sur une surface laiteuse, noire et grise, puis elle s’est confondue dans l’encre du vaste ciel du Middle-West et nous avons perçu le premier cri d’un oiseau. Les senteurs des plantes et des fleurs qui s’étaient évanouies pendant le phénomène, revinrent en même temps que les mille petits bruits et chants de la grande plaine. Et c’était comme si la vie retrouvait la vie.”